Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Hommages 1954 - La Presse
Extrait
du journal « Vers l’Avenir »
n° 229, page 3 du lundi 23 août 1954
_______________________
 
Extrait de texte.
 
Souvenir de journées de deuil et de gloire
 
Le 40è anniversaire des combats de 1914 a été
célébré, dimanche, dans toute la Base-Sambre
 
Dimanche, sous le pauvre ciel de ce mois d’août faiblement ensoleillé, de pieuses manifestations ont marqué dans diverses localités de la Basse-Sambre, le quarantième anniversaire des sanglants combats de 1914.
 
La délégation française participant à ces cérémonies a pu se rendre compte de la fidélité avec laquelle sont entretenus les cimetières militaires et maintenu le culte du souvenir de l’héroïsme français.
 
A Auvelais et à Tamines, les cérémonies ont été réduites à de simples manifestations de caractère privé, en raison de la suppression des cortèges prévus, par suite de la découverte de foyers de paralysie infantile.
 
            (…)
 
A LE ROUX (…)
 
Pour la trente-cinquième fois depuis l’Armistice de 1918, la section locale des Combattants de Le Roux, présidée par M. Adrien Challe, a organisé le pèlerinage du souvenir. Comme chaque année, la Marche militaire Sainte-Gertrude de Le Roux a rehaussé de sa présence les cérémonies.
 
A 15h.30, M. l’abbé Genard, curé de la paroisse, chanta les vêpres des morts, en présence des membres du conseil communal de Le Roux et de Ransart, d’une délégation d’anciens combattants de la localité, des veuves de guerre et parents des soldats disparus ; de M. Tournay, vice-président de la Fédération de l’Armée Secrète, section 202 de Gilly ; de M. Castera, ancien combattant français. On remarque les drapeaux des Invalides de Gilly, de l’Armée Secrète et de la Croix-Rouge de Ransart et des sociétés patriotiques de Le Roux.
 
L’office se termine par l’interprétation de la « Brabançonne », chantée par M. Célestin Guyaux, organiste, et de la « Marseillaise » par M. Adrien Challe, secrétaire communal, président des Anciens Combattants de Le Roux.
 
En cortège, l’on se rend au cimetière et à l’entrée du champ de repos, les marcheurs, sous les ordres de M. Thiry, adjudant-major, font la haie d’honneur.
 
Au cimetière, devant le Monument aux Mors de la commune, M. le curé Genard récite la prière pour les défunts, puis il procède à la bénédiction des tombes marquées d’un drapelet tricolore.
 
M. Tahir, échevin, rappelle ensuite le souvenir de la guerre de 1914-1918, puis il déclare : « Hélas cette victoire fut acquise au prix de durs sacrifices, créant des vides effrayants dans les familles et dans toute la population ».
 
«  La dette sacrée que nous avons contractée, a poursuivi M. Tahir, ne peut se prescrire ni par l’indifférence, ni par l’oubli ; toute sa signification se trouve dans la charité. Une des plus solides et des plus utiles charités envers les morts, est de faire les choses qu’ils nous ordonneraient s’ils étaient encore dans ce monde. Par cette pratique, nous les faisons revivre en nous en quelque sorte, puisque ce sont leurs conseils qui sont encore vivants et agissants en nous ».
Des fleurs sont alors déposées et une salve d’honneur est exécutée et la « Brabançonne » est jouée par quelques musiciens.
 
Le cortège se reforme ensuite et gagne le cimetière militaire de Belle-Motte où reposent 4.085 soldats français. Là, les délégations d’Aiseau, composées du Conseil communal, des sociétés patriotiques avec drapeaux se joignent aux groupements déjà cités et qui ont pris part aux cérémonies de Le Roux.
 
Nous remarquons ausi les généraux français Chenet, Grisot, les colonels Peslin, Delwarde, Huerre, Bonami, de la Charrie, et des autres officiers français et membres de la délégation ; M. Bertinchamps, bourgmestre de Tamines ; les échevins Bourlet et Métillon ; les conseillers Mollet et Colin de Tamines, etc…
 
Le clergé d’Aiseau et de Le Roux entonne les chants liturgiques. Après la bénédiction des tombes, M. Doumont, bourgmestre d’Aiseau, raviva les souvenirs des sanglants combats de 1914.
 
Mlle Anne Van Hensewege récite un poème en hommage aux soldats français. Puis le général Chenet, représentant le ministre de la D. N. français se dit parfaitement touché de la belle organisation des cérémonies du souvenir.
 
M. Challe, ancien combattant et l’un des promoteurs des pèlerinages du souvenir, évoque les souvenirs d’il y a quarante ans en ce 22 août.
 
« Nous sommes revenus à Belle-Motte, dit l’orateur, avec les mêmes sentiments qui nous animaient en 1919, alors que nous avons pris l’engagement solennel de perpétuer l’hommage à nos camarades français tombés pour la cause du droit et de la liberté… ».
 
« En cet anniversaire qui concerne nos affections, notre souvenir se reporte à ces journées d’août 1914, où, dans l’anxiété, la destruction et le courage, fut scellée l’amitié indéfectible qui nous permet de redire « Vive la France ».
 
M. Challe évoque ensuite la belle figure d’un grand Français.
 
« M. le professeur Ernest Cotelle, animateur de nos manifestations, poète, chantant la gloire de Belle-Motte, en y associant sa douceur résignée du sacrifice de ses deux fils morts au champ d’honneur ».
 
Dans ces hommages posthumes, il rappelle aussi la belle page de dévouement qui n’a guère été dévoilée et qui a été exécutée par M. Edouard Cognioul. « Il rechercha de concert avec le comte d’Oultremont, les endroits des sépultures, afin d’identifier les disparus. Tâche difficile, qui n’était pas sans périls, car les Allemands avaient reçu la consigne sévère de n'en divulguer aucun nom des listes en leur possession. Ce dévouement à la cause des Poilus de France devait continuer jusqu’à sa mort ».
 
M. Challe rend ensuite hommage au colonel Peslin : « Je vous revois, dit-il, jeune étudiant, avec Madame votre mère et vos jeunes frères en deuil. Vous aussi vous aviez payé un lourd tribut à la guerre. Vous aviez un père, le capitaine Peslin, tombé au champ d’honneur Oret ».
 
« Chaque année, fidèle au double souvenir de l’amour filial et de celui de la Patrie, vous nous revenez ».
 
L’orateur s’adresse enfin au général Chenet.
 
« Votre présence à notre cérémonie, dit-il, nous touche profondément. Au nom des anciens combattants de Le Roux, ainsi que de la population et de tous ceux qui restent fidèles à ce glorieux souvenir, qu’il me soit permis de vous témoigner notre profonde gratitude ».
 
Des fleurs sont déposées par différentes personnalités. Un roulement de tambours accompagnés de fifre se fait entendre. Les marcheurs de le Roux tirent une slave d’honneur.
 
Avant de quitte ce lieu, chaque marcheur défile devant les autorités en déchargeant son arme.
 
 

Date de création : 30/09/2011 @ 20:41
Dernière modification : 01/10/2011 @ 08:54
Catégorie : Hommages 1954

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^