Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Hommages 1991 - Dr Robert JAPHET
Commémoration du 77ème anniversaire des Combats de la Sambre
Dimanche 18 août 1991
Cimetière militaire français de la Belle-Motte
 
Discours
prononcé par Monsieur le Docteur Robert JAPHET
Maire-adjoint de la Ville de Saint-Malo
 
 1991_JAPHET_Robert.jpg
 
Monsieur le Président du Comité du Souvenir,
Messieurs les Colonels représentants nos deux pays,
Monsieur le Consul,
Messieurs les Commandants,
Messieurs les Maires et chers Collègues,
Messieurs les Représentants des Groupements patriotiques,
Mesdames, Messieurs,
 
En 1918, la fin de la première guerre mondiale laissait la France exangue, après la perte d’un million huit cent mille de ses fils.
 
De nombreuses et grandes batailles ont ponctué ces 4 années de combats.
 
La bataille de la Sambre, plus connue en France sous le nom de bataille de Charleroi figure parmi ces grandes batailles. Nous commémorons aujourd’hui le 77ème anniversaire de ces combats.
 
La ville de Saint-Malo, par ma présence, a tenu a y être associée. Nous en apprécions l’honneur et nous remercions les membres du comité du Souvenir de Le Roux de nous avoir invité.
 
Certains ont tendance à oublier le passé, d’autres malgré les années, se souviennent, et il n’est pas indifférent, et même très réconfortant que les cérémonies du Souvenir, comme celle à la nécropole militaire française de Belle-Motte, où reposent plus de 4.000 soldats de 1914, rassemblent des centaines de personnes et parmi eux beaucoup de jeunes.
 
Cette bataille pour la Sambre d’Août 1914, pour laquelle tant d’hommes, des Bretons, des Malouins, des soldats du 47ème R.I. basé à Saint-Malo, ont laissé leur vie, ne doit pas être qualifiée de défaite. Malgré l’ordre de retraite générale qui sauvera la 5ème Armée d’un désastre où elle aurait pu perdre en entier les 1er, 2ème et 3ème Corps d’Armée, elle a pesé d’un grand poids à Guise d’abord, puis à la bataille de la Marne qui virent le redressement et, plus tard, la victoire de ses armées et des alliés.
 
La guerre est toujours horrible. Elle provoque toujours des pertes de vies humaines et des désastres.
 
Tout au long de cette bataille de la Sambre, vous qui reposez ici, vous vous êtes battus et vous avez souffert pour un idéal qu’on appelle liberté, valeur à laquelle la Belgique et la France sont très attachées, valeur pour laquelle vous êtes nombreux parmi l’assistance à avoir combattu. Cette liberté, nous la vivons tous les jours : c’est la liberté de penser, de croire, d’entreprendre, de créer, d’éduquer, de circuler…
 
Cette fameuse liberté que nous avons commémorée l’an passé, en fêtant le bicentenaire de la Révolution française – cette liberté a un prix : un prix que beaucoup ont chèrement payé en donnant leur vie et leur jeunesse pour leur pays.
 
Une grande émotion nous étreint devant ces tombes et ces cérémonies évoquent le sacrifice des victimes et l’hommage aux combattants belges et français de la première guerre mondiale. Mais c’est aussi vers tous ces morts au combat ou en captivité et aux victimes civiles que doit aller aujourd’hui notre pensée et notre reconnaissance.
 
Sans le sacrifice de tous ces morts, officiers, sous-officiers, soldats, civiles, de la première et de la deuxième guerre mondiale, nous ne serions pas non plus en train de bâtir l’Europe.
 
En dehors de toute idéologie politique, l’Europe de la Belgique, de la France, et de leurs partenaires, doit former une super-puissance, qui, à jamais doit écarter tout conflit sur votre sol, le nôtre et celui de nos voisins.
 
La première ambition de l’Europe doit être en priorité la paix, une paix durable – une paix renforcée par l’existence des « Droits de l’Homme ».
 
L’Europe doit être d’abord l’Europe de la réconciliation, ensuite l’Europe du rassemblement et de tous ceux qui aspirent à la paix, à la fraternité.
 
Belges et Français, nous devons être à la tête de cet idéal, de ce combat pour la paix – l’Europe est notre espoir – avec ces 320 millions d’habitants, sans frontière intérieure, nos enfants pourront y vivre dans un immense havre de paix.
 
Montesquieu écrivait dans « Les lettres persanes » :
« Si je savais quelque chose qui me fut utile et qui fut préjudiciable à ma famille, je le regretterais dans mon esprit… Si je savais quelque chose qui fut utile à ma famille et qui ne le fut pas à ma patrie, je chercherais à l’oublier… Enfin, si je savais quelque chose utile à ma patrie et qui serait préjudiciable à l’Europe et au genre humain, je le regarderais comme un crime ».
 
Tous les Européens sincères devraient s’imprégner de cette phrase de Montesquieu.
 
Vous, combattants, morts ou vivants, vous appartenez à l’Histoire, et donc, pourrait-on croire, au passé.
 
Eh bien non ! vous appartenez au présent, vous tous, réunis ici, aujourd’hui, vous qui avez l’esprit du sacrifice, vous savez et vous démontrez aux plus jeunes d’entre nous, que cette liberté est un idéal fragile. Il n’est pas inutile, je crois, de rappeler que les droits de l’homme, ou plus simplement la considération et le respect portés à la personne humaine sont une conquête toujours à entretenir et jamais un acquis définitif.
 
Je terminerai en ajoutant que la Belgique et la France doivent tout faire pour transmettre leurs idéaux de liberté aux autres pays.
 
 
                Docteur Robert JAPHET,
                Maire-adjoint de la Ville de Saint-Malo.


Date de création : 23/09/2011 @ 21:13
Dernière modification : 23/09/2011 @ 21:16
Catégorie : Hommages 1991

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^