Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Hommages 2006 - Tristan OUIN
Commémoration du 92ème anniversaire des Combats de la Sambre
du dimanche 20 août 2006
au cimetière militaire français de la Belle-Motte
 
Discours
prononcé par Monsieur Tristan OUIN du Havre
au nom de la jeunesse française.
 
Tristan_OUIN_2006.jpg
 
 
Le 22 août 1914, mon arrière grand-père était blessé gravement en montant à l’assaut, baïonnette au canon, du village de Roselies occupé par les Allemands embusqués dans les maisons du village, fortement armés de mitrailleuses, et protégés de casques à pointe, alors que les poilus du 74ème R.I. étaient habillés d’un pantalon rouge et d’un képi.
 
Les deux bataillons du 74ème R.I., totalement à découvert, sont rapidement décimés, le reste doit se replier. Mon arrière grand-père, évanoui, sera fait prisonnier et soigné par l’ennemi.
 
Nous venons très souvent (presque chaque année) nous recueillir dans cette nécropole où les jeunes hommes de 1914 ont souffert et sont morts pour défendre la liberté, notre liberté, cette liberté que nous apprécions, qui nous semble naturel de posséder aujourd’hui.
 
Lorsque je suis venu la première fois ici, il y a cinq ans avec mes grands-parents, je me suis étonné de voir un cimetière avec des drapeaux, des soldats et des fleurs sur la pelouse. J’ai dit alors à ma grand-mère : « on dirait une fête ! » et elle m’a répondu : « c’est une fête du souvenir. Vois-tu, dans ce cimetière, ce ne sont que des soldats tombés au champ d’honneur pour défendre nos libertés. » Il est difficile, pour nous, jeunes du 21ème siècle, de concevoir qu’en cet endroit, des jeunes de notre âge ont trouvé la mort pour un idéal de paix.
 
Le 22 août 1914, les combats font rage, beaucoup de soldats français et belges y trouveront une mort héroïque, certes, mais horrible et cruelle.
 
C’est grâce à ces soldats que nous vivons dans un pays libre où la notion des droits de l’Homme a une véritable signification et que nous pouvons tenter de bâtir une Europe unie et pacifique.
 
J’entendais ces jours derniers, une chanson de Pierre Perret « Liberté Zéro » qui dénonçait certaines régions du monde, où les hommes sont oppressés. Si notre exemple de vivre dans un pays libre pouvait servir tous les peuples du monde, notre action en faveur de la paix, en nous rassemblant ici chaque année ne sera pas vaine.
 
Lorsque mes grands-parents m’ont demandé de m’exprimer aux cérémonies commémoratives du souvenir, j’ai accepté aussitôt, car il me semble de notre devoir, nous les jeunes du 21ème siècle d’avoir un moment de recueillement pour tous ces jeunes hommes, qui voilà maintenant 92 ans sont morts ou ont été blessés gravement pour défendre un bien qui nous semble naturel : LA LIBERTE.
 
 
                Tristan OUIN,
                au nom de la jeunesse française.


Date de création : 21/09/2011 @ 20:47
Dernière modification : 21/09/2011 @ 20:58
Catégorie : Hommages 2006

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^