Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Hommages 2019

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 2011 - Jean-Claude HAMEL
97ème anniversaire des combats de la Belle-Motte
21 août 2011
Discours de Monsieur Jean-Claude Hamel
Président du Souvenir Français de Cherbourg
 
Jean-Claude_Hamel.jpg 
Je me sens attaché à ce coin de terre de Belgique pour les raisons suivantes :
Né à Cherbourg, résidant maintenant à Cherbourg et président du Souvenir Français de cette ville, je participe avec mes camarades à l’entretien du carré militaire qui comprend 3 monuments et 662 tombes de combattants morts pour le pays, et parmi ceux-ci 62 soldats belges de la 1ère guerre mondiale.
 
Les mêmes événements et bouleversements de la guerre ont fait que des Belges et des Français sont venus mourir loin de chez eux. Tous les morts sont égaux bien sûr et méritent le même hommage, mais vous me pardonnerez d’avoir une pensée pour les 560 Cherbourgeois, mes concitoyens, du 25ème Régiment d’infanterie qui sont tombés dans l’Entre-Sambre-et-Meuse au milieu de leurs camarades des régiments de Normandie, de Bretagne, du Nord et de l’Afrique du Nord, leurs malheureux frères d’armes.
 
Je voudrais à cette occasion remercier le Souvenir de Le Roux, et leurs présidents, MM Tilmant et Chabot, ceux qui les soutiennent dans leur mission, en particulier Pierre, Luc, les deux Jean-Luc et Fernand, ainsi que leurs autorités de tutelle, pour le magnifique travail de mémoire accompli ici.
 
Le monument du Sous-lieutenant Georges Cotelle a été inauguré dans sa nouvelle forme. Il se trouve que ma promotion de l’Ecole Militaire de Saint-Cyr, en 1964, a choisi le nom de baptême de « Serment de 1914 » pour rendre hommage à nos anciens des promotions qui, avant de quitter l’Ecole militaire avaient juré de monter à l’assaut en casoar et gants blancs. Le Sous-lieutenant Cotelle, du 25ème RI,  était de ceux-ci et c’est avec une émotion particulière que je cite le nom de l’un de nos anciens, parrains de notre promotion.
 
Mais, plus que tout, je me sens attaché à cette terre de Belgique par la souffrance et le sacrifice de tous ceux qui y sont tombés. Il est vrai qu’à la déclaration de la guerre, beaucoup de soldats sont partis avec des vues romanesques, du moins c’est l’image qu’on veut en laisser, d’assauts triomphants, d’ennemi facilement défait et d’un retour rapide et glorieux dans les foyers. Mais que restera-t-il de cet optimisme après des jours de marche à l’ennemi épuisants, après la fatigue qui vous scie les membres et les premiers contacts sanglants avec un ennemi plus nombreux et mieux armé ? Que restera-t-il de ces certitudes après les premiers replis, les copains disparus, le désordre et les unités disloquées ? Que restera-t-il quand le soldat comprendra, lors du dernier assaut, qu’il n’y arrivera pas ou quand, terré dans son trou, il entendra le sifflement de l’obus qui arrive sur lui ? Il restera le courage, l’entraide entre copains, la volonté de ne pas subir, de faire face encore.
 
C’est cette image que je veux retenir, Français et Belges initialement défaits mais pas résignés. La bataille dite de Charleroi sert d’introduction à quatre années tueries et d’exactions de l’envahisseur et met en évidence les capacités de courage et d’abnégation de nos soldats. Dans cette attitude héroïque sont en germe tous les faits d’armes des Flandres, de la Marne, de Verdun, de la Somme et la résilience des populations civiles.
 
Il est juste que l’on rende hommage, sur cette terre de Belgique à ceux qui ont surmonté des épreuves ignobles et donné le meilleur d’eux-mêmes.

Jean-Claude HAMEL,
Président du Souvenir Français de Cherbourg.

Date de création : 23/08/2011 @ 11:29
Dernière modification : 25/08/2011 @ 16:29
Catégorie : Hommages 2011

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^