Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 1978 - Cdt Guy COHN
Commémoration du 64ème anniversaire des Combats de la Sambre
Nécropole militaire française de la Belle-Motte
Discours
prononcé par le
Commandant (e.r.) Guy COHN
Président de l’Amicale des Anciens du 3ème Zouaves
Dimanche 20 août 1978
_______________________
 
 
 
Fidèles au souvenir de ceux qui se sont sacrifiés en 1914 dans les combats de la Sambre, Pavillon haut pour que vive la France et sa civilisation, nous voici à nouveau aujourd’hui, devant une assistance nombreuse de Belges et de Français, à nous incliner sur les tombes artistement fleuries par des mains reconnaissantes.
 
Ce pèlerinage annuel que nous respectons dans l’échelle étendue de nos générations, j’aimerais le voir renouveler au cours de l’année par ceux dont les demeures sont à portées de vélo ou de moto, et qui ont des problèmes difficiles à résoudre momentanément dans leur vie matérielle.
 
Quand nous étions gosse, c’est la maman que nous allions trouver pour nous sortir d’un pas difficile.
 
Plus tard, jeune homme, c’est en priant la madone derrière un pilier retiré de l’église du village de notre enfance, que nous avons cherché la réponse à nos questions.
 
Encore plus tard, homme, à la guerre, c’est au prêtre que nous avons eu recours avant les attaques, pour nous donner le courage d’affronter la mort qui n’est jamais d’un abord facile.
 
Pourquoi donc ceux qui sont ici étendus et qui ne peuvent pas… ne pas nous voir (car « rien ne se perd et rien ne se crée ») pourquoi donc dis-je, dans nos moments de détresse, ne pas venir demander conseil à ceux qui ont eu la suprême expérience ?...
 
Face à l’océan un port devient un port quand un marin désœuvré s’assied sur un quai et allume sa pipe.
 
Un cimetière militaire devrait être notre suprême confessionnal, utilisé en dernier recours, face à ses héros incandescents, quand les solutions des problèmes de la vie nous semblent introuvables.
 
 
 
 
Guy COHN,

Date de création : 13/02/2011 @ 20:50
Dernière modification : 05/10/2011 @ 21:40
Catégorie : Hommages 1978

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^