Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Hommages 2009 - Dans la Presse

Extrait

du journal « Vers l’Avenir » - Edition « Basse-Sambre »

du lundi 24 août 2009 – pages 2 & 3

_______________________

Texte intégral.

Le souvenir vivace des braves,

à Belle-Motte

·         Christian MASSET

«Que dire pour conclure en de si tristes circonstances que Sagesse, Respect et Jeunesse»

Léal Y Pitia, la plus jeune intervenante de la cérémonie.

 

4070 c'est le nombre de soldats qui reposent ici sur le site de Belle Motte depuis le début de la Première Guerre mondiale et la bataille de la Sambre.

2009_B-M_Soldats.jpg

Le comité du Souvenir a porté le 95e anniversaire de la bataille de la Sambre, terrible moment de l'histoire.

Que d'émotion à Belle Motte et ce n'est malheu­reusement pas toujours le cas dans ce genre de manifesta­tion. La commémoration de la bataille de la Sambre, qui a vu tomber au combat plus de 6000 soldats français dont 4 070 ont leur sépulture sur le site de Belle Motte a attiré du monde. Pourquoi ce succès ? D'une part, un comité dynamique est der­rière cette manifestation et d'autre part, les jeunes. Cette an­née, le comité du souvenir de Le Roux, l'organisateur de cette im­posante commémoration de­puis 1919, a porté le 95e anniver­saire. Aujourd'hui, le comité est présidé (depuis 2005) par le colo­nel Christian Chabot encadré par Huguette Patris, secrétaire, Luc Charles, trésorier, Pierre Go­denne, porte-drapeau, Michaël Chapelle et le Lt-Col Jean-Luc Vanbel, administrateurs. Jean-Luc Collin, fils d'un ancien de 40-45, a rejoint le groupe en 2008. Daniel Tilmant, qui as­sura la présidence de 1977 à 2003, est toujours administra­teur en qualité de président d'honneur.

2009_B-M_001.jpg

Une importante délégation française, et pour cause...

Cette année, l'hommage a été rendu avec un éclat particulier. En effet, précédés par l'Harmo­nie royale l'Union de Fraire, des détachements de soldats fran­çais et belges ont conduit le cor­tège, accompagnés par les dra­peaux nationaux.

Des délégations de Guingamp, Saint-Malo, Vitré, Rouen, Givet, d'où venaient les soldats fran­çais étaient présentes. Les auto­rités communales de Fosses, Aiseau, et Mettet ainsi que M. Mathen, gouverneur de la province, le consul général de France et des officiers des deux armées ont rehaussé la cérémo­nie. Depuis trois ans, le comité invite ceux qui le désirent à par­rainer la tombe d'un soldat fran­çais. La formule rencontre un grand succès, plus de 340 tom­bes ont déjà été parrainées. Parmi les parrains des tombes, cette fois, on trouvait notam­ment un bébé d'à peine 12 jours, un de 18 mois et un de 3 ans. Un Français a retrouvé son grand-père ici à Belle Motte, le soldat Louis Marie Fradin. C'est avec émotion qu'il a pris la pa­role. Ce soldat n'a pas pris part aux combats de la Sambre, mais mobilisé en 1915, il rejoignit le 91e bataillon d'infanterie. Fait prisonnier en 1918, il décéda de la grippe espagnole à Sivry Rance où il avait été mis au tra­vail forcé.

2009_B-M_002.jpg

Solennité était le mot d'ordre, ce dimanche.

Un deuxième soldat a été mis à l'honneur, le soldat Taffin. Il sert comme sapeur dans la 1re compagnie du 3e régiment du Génie et se dirige vers Sart Saint-Laurent. Le 23 août 1914, ordre lui est donné de défendre la li­sière ouest du bois de la Folie. À 13h, une attaque a lieu sur la ferme de la Folie. Suite à un manque de communication, son régiment se retrouve seul en face de l'ennemi en nombre bien supérieur. Il prend la déci­sion de se replier par échelon en combattant. La retraite s'exé­cute en bon ordre sous un feu très meurtrier. C'est au cours de cet engagement qu'il tombe, frappé d'une balle en plein front.

2009_B-M_001_1.jpg

Paroles d'une autre génération

Une jeune fille, Léal Y Pitia, avait écrit un texte sur la bataille de la Sambre.

«Nous les jeunes ne nous rendons pas bien compte de l'horreur pendant les guerres. Nous sommes d'ailleurs très souvent bien étonnés de savoir que la première guerre mondiale était si proche de chez nous et qu'elle a tué à grands coups de fusils et d'éclats d'obus. N'êtes-vous pas atterrés à la pensée qu'ici sont enterrées autant de victimes en ce paisible lieu? Si plus de 50o soldats fran­çais ont été tués ici même, ils sont 4060 à avoir été rassem­blés ici car la bataille a fait rage dans toute la région. Que dire pour conclure en de si tristes circonstances que Sagesse, Respect et Jeu­nesse ».

2009_B-M_003.jpg

Parole à une jeune fille.

Horreur totale et...courage à revendre

Trois jours d'un mois d'août 1914 ont plongé la Basse-Sambre dans l'horreur. Des milliers de corps de soldats français jonchaient son sol.

La Belgique vient de rejeter l'ultimatum des Allemands, qui demandent à traverser librement notre pays pour atta­quer la France. La guerre est iné­vitable. Malgré leur bravoure, les soldats belges ne peuvent en­diguer l'avance des armées teu­tonnes. Restait la Sambre comme dernier obstacle naturel, avant que les soldats du général von Bülow ne déferlent « nach Paris ». Du quartier général des armées françaises, ordre est donné au général Lanrezac, com­mandant du me Corps d'Armée de «tenir jusqu'au bout de la ri­vière ». Dès la déclaration de la guerre, le 10e Corps d'Armée français, stationné en Bretagne et en Normandie, gagne par voie ferrée la région de Rethel dans les Ardennes françaises, puis, à marches forcées, arrive en Basse‑Sambre. Les 20, 21 et 22 août 1914, trois jours durant, les trou­pes du général Lanrezac résis­tent avec une détermination fa­rouche face aux « hulans » de von Bülow. Habitués à vaincre, ceux-ci rendus furieux par cette résistance qui freine leur «mar­che fraîche et joyeuse» vers Pa­ris, mettent la région à feu et à sang. Il y a un Français pour trois Allemands. Les Français ne disposent pas d'armement aussi performant que les Allemands, ils ne sont pas préparés et de plus, ils sont fatigués par leur longue marche de Rethel jus­qu'en Basse-Sambre. Dans ces conditions, l'échec est inévita­ble. Depuis, quelque six mille «culottes rouges » reposent dans les cimetières de la Belle Motte, aux confins des anciennes com­munes d'Aiseau Le Roux et d'Auvelais. Près d'un millier de civils aussi payent de leur vie la furia teutonne et notamment à Tamines dont 364 habitants sont fusillés à la mitrailleuse le long de la Sambre, place Saint-Martin.  C.M.

2009_B-M_004.jpg

Une imposante délégation officielle.

2009_B-M_005.jpg

Belle Motte n'est pas un lieu oublié des vivants.

 

2009_B-M_Depots_de_fleurs.jpg

2009_B-M_Bastin.jpg


Date de création : 23/04/2016 @ 11:23
Dernière modification : 23/04/2016 @ 11:23
Catégorie : Hommages 2009

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^