Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Hommages 2019

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 2013 - Rose-Marie LEGRAIN

Rose-Marie LEGRAIN, conteuse.

Belle-Motte

Dimanche 18 août 2013

Belle-Motte_2013_Rose-Marie_LEGRAIN.jpg

Jean-Yves sera photographié à sa vingtième année : c’est une tradition dans la famille, les filles et les fils posent pour la postérité le jour de leurs  20 ans. 

Jean-Yves est un gars de la mer, il s’y baigne depuis sa première année, c’est une mer sauvage, mais il l’a apprivoisée…

Comme tous les hommes de sa famille, il sera pêcheur.

Tout comme Gianni, fils d’une Méditerranée plus docile, dernier né rieur d’une famille nombreuse et bruyante, fils d’une mère vêtue de noir et d’un père aux traits burinés par le soleil ardent…

Andy est un gamin aux joues pâles, un enfant fragile trop couvé par sa mère, un enfant rêveur qui se voit futur pianiste de concert…d’ailleurs il ne se débrouille déjà pas si mal, son professeur est content de lui…

Andy aime par-dessus tout les grands compositeurs allemands, surtout Mozart et sa douceur infinie…peut-être un jour pourra-t-il visiter Salzbourg, et s’y faire des amis qui partagent son amour de la musique…déjà, il a appris la langue…

Hans rêve de voir Paris. Ah Paris, la Ville Lumière ! Et les parisiennes que l’on dit si jolies. Bien sûr, les nouvelles ne sont pas bonnes de ce côté du Rhin, mais à 18 ans, les jeunes ne pensent pas à la guerre, même si les vieux…mais les vieux sont pessimistes, c’est bien connu…

C’est sûr, bientôt, il chantera La Madelon avec les « jolies mesdemoiselles »…

John se promène dans le champ de son père, qui sera le sien le jour venu ; il ne peut imaginer ne pas voir l’horizon, du soleil levant au soleil couchant ; sa vie sera à l’image de son pays : belle, grande, sauvage.

Après lui, sa terre reviendra à ses enfants, et aux enfants de ses enfants…

Léopold d’Arsimont aimait à plaisanter avec ses amis, car comme il se plaisait à le dire, le Roi n’était pas son cousin, car il était…son parrain !

Et oui, septième d’une fratrie, il recevait même le jour de son anniversaire une carte de vœux royale.

Léopold a fait la guerre. La Grande. Qui n’est grande que par son horreur. 

Il lui a fallu longtemps pour raconter. 

Une attaque à la baïonnette.

Un Belge. Un Allemand. Qui se font face.

On lui a recommandé de ne pas regarder le visage de l’ennemi.

Car  comment  tuer  l’homme  qui  vous  fait  face,  qui  transpire  la  peur,  et  qui  vous ressemble. Fils d’une mère inquiète, époux d’une femme qui tremble en voyant arriver le

facteur porteur des mauvaises nouvelles, père d’un enfant qui le ne connaît pas… Léopold est rentré de la guerre, avec des cicatrices, visibles et invisibles.

On ne sait pas s’il a croisé le regard de l’Autre…Il n’en a jamais rien dit…

Mais la mère de Jean-Yves n’aura pas de photo de son fils le jour de ses 20 ans ; John n’héritera pas de la terre de ses pères : il tombera sur la terre étrangère d’un tout petit pays dont il ne connaissait même pas le nom, sacrifié pour un petit bout de terre grande comme un mouchoir de poche, mort comme tous les autres pour quelques dizaines de mètres…

Gianni  ne  marchera  plus  dans  le  sable  brûlant,  il  est  mort  dans  la  boue  des tranchées…Ce n’est pas un tendre concerto qui accompagnera les derniers instants d’Andy et Hans ne connaîtra pas l’amour…

Aujourd’hui, les mères d’Europe ne tremblent plus en voyant leur fils grandir, dans la peur de les voir devenir chair à canon.

Aujourd’hui, en Europe, les frontières ne sont plus prétexte à des carnages.

Aujourd’hui, tous ces gamins d’ici et de là-bas se retrouveraient pour faire de la musique ou des bêtises, parler sport ou littérature, s’apprécieraient ou s’ignoreraient, mais cela n’aurait pas d’importance, chacun continuerait son petit bonhomme de chemin, jusqu’au bout de la vie…

Aujourd’hui, en Europe, les hommes et les femmes d’Etat ont compris que la Paix est la plus belle chose qui soit.

Mais  il  aura  fallu  pour  cela  que  des  millions  et  des  millions  d’êtres  humains  soient sacrifiés.

Aujourd’hui, en Europe, il faut raconter, pour que « plus jamais »…

Rose-Marie LEGRAIN

Rue de la Montagne, 124

5060 FALISOLLE


Date de création : 25/03/2016 @ 17:14
Dernière modification : 29/03/2016 @ 12:25
Catégorie : Hommages 2013

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^