Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 2014 - Discours d'Ouverture à Tamines

Discours d'ouverture du Centenaire 14-18

Tamines- vendredi 22 août 2014

Monsieur Jean-Charles LUPERTO

Député-Bourgmestre de Sambreville

Luperto_Ouverture.jpg

Monsieur l’Ambassadeur,

Madame la Ministre,

Madame, Monsieur les Gouverneurs,

Monsieur le Commandant Militaire,

Messieurs les Bourgmestres,

Madame, Messieurs les Députés provinciaux,

Messieurs les consuls honoraires,

Mesdames, Messieurs les membres de Collège communaux,

Mesdames, Messieurs les Conseillers communaux et de CPAS,

Messieurs les chefs de Corps,

Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualité,

 

La présente intervention correspond au moment inaugural des événements commémoratifs qui jalonneront les 3 jours à venir.

Le centenaire du début de la 1ère guerre mondiale exigeait que soit apporté un caractère exceptionnel à notre devoir de mémoire.

J’ai considéré essentiel d’introduire ce devoir de mémoire qui nous rassemblera tout au long de ce week-end en rappelant l’absolue nécessité de commémorer certains événements, fussent-ils aussi tragiques que ceux dont nous nous souvenons ici.

Convaincu de l’intérêt pédagogique qu’il y a à répéter de justes paroles, surtout si nous prétendons retenir les leçons de l’histoire, je me permettrai d’emprunter à Monsieur le Président de la République française la définition de la notion de commémoration qu’il aura récemment donnée alors qu’il commémorait lui-même ce même centenaire.

En m’en référant à Monsieur le Président de la République française, j’entends rendre un premier hommage aux soldats qui ont ici combattu en août 1914 au péril, sinon au sacrifice de leur vie, soldats parmi lesquels se trouvaient de nombreux et courageux amis français, remerciant les Autorités et délégations françaises d’honorer de leur présence les commémorations basse-sambriennes en général, sambrevilloises en particulier.

J’en profiterai pour associer à ces remerciements le représentant britannique, rappelant le rôle majeur qui aura aussi été celui de l’allié britannique à l’occasion de la guerre 14-18.

Ainsi :

« Commémorer, c’est saisir la force des générations qui nous ont précédés afin de faire des leçons de vies pour les suivantes.

Commémorer, c’est rappeler que notre pays a traversé des épreuves terrifiantes et qu’il a toujours su s’en relever.  Et que le dépassement de ces indicibles épreuves doive l’encourager à ne pas craindre d’entreprendre son avenir.

Commémorer, c’est savoir d’où l’on vient pour mieux appréhender ce qui nous relie et nous fédère dans une nation comme la nôtre.

Commémorer, c’est renouveler le patriotisme : celui qui unit, celui qui rassemble, qui n’écarte personne au-delà des parcours, des croyances, des origines, et des couleurs de peau.

Commémorer, ce n’est pas seulement invoquer le passé ou le convoquer, c’est porter un message de confiance dans notre pays.

Commémorer, c’est parler la langue des anonymes .   C’est parler du courage des soldats et autres victimes qui ont ici rencontré l’effroi. 

C’est souligner l’héroïsme discret par un certain caporal LEFEUVRE, comme nous le ferons d’ailleurs demain de façon plus particulière et exemplaire ».

 

Ceci précisé, assumer notre devoir de commémoration s’impose d’autant plus en cette période où, manifestement, le monde entier aborde son avenir avec beaucoup d’appréhension.

Comment d’ailleurs n’être pas inquiet quand, aux portes de l’Europe, un conflit menace entre la Russie et l’Ukraine ?

Comment ne pas s’interroger sur l’existence d’une possible solution pacifique aux guerres rivales ou intestines qui, du Moyen-Orient en passant par l’Afrique, prolongent les massacres de la 1ère guerre mondiale comme celle de la seconde ?

Comment ne pas douter alors qu’un peu partout, ici même en Europe, menacent le nationalisme, l’individualisme, le poujadisme, l’obscurantisme ?

Cette appréhension ne peut pourtant nous dissuader de croire en la capacité de l’Humain à être animé seulement d’Humanité.

Pour tendre à l’expression de cette pleine humanité par chaque homme et chaque femme, sans doute nous faudrait-il nous consacrer plus encore à l’étude de cette espèce de mécanisme qui, presqu’inéluctablement, conduit l’humain à privilégier l’affrontement plutôt que la conciliation en certaines circonstances.

Souvenons-nous, par exemple, que toute l’énergie vitale d’un représentant de l’Humanité aussi digne et exemplaire que Jean JAURES n’aura pu s’opposer à l’inéluctable.

L’inéluctable qui l’aura d’ailleurs frappé en premier puisque, le 31 juillet 1914, il tombait sous les balles d’un extrémiste nationaliste et belliciste.

Cette inéluctabilité, il aura fallu attendre le lendemain du second conflit mondial pour réussir à l’endiguer quelque peu.

Ce fut le cas plus particulièrement en Europe.

Le modèle social et démocrate européen est alors devenu un message voire un exemple de paix en soi pour le reste de la communauté internationale.

Comme quoi… quand l’Humain veut, il peut !

Par delà le fait de se souvenir, commémorer, c’est avant tout mobiliser !

Au risque de vous paraître candide, je pense au plus profond de ma conscience que nous avons pour premier devoir de nous mobiliser en faveur de la paix.

En faveur de la paix sociale, de la paix économique, de la paix raciale, de la paix confessionnelle.

Notre rassemblement de ce jour est un maillon d’une chaîne d’une rare exemplarité qui, partout dans le monde, voit les institutions internationales, les nations, les communautés, les régions, les villes et les communes revendiquer à l’unisson ce droit à la paix pour leurs populations.

Nous nous honorons de contribuer à ce mouvement planétaire.

D’autant plus que, du fait du massacre perpétré à Tamines il y a de cela 100 ans jour pour jour, Sambreville ne peut oublier qu’elle figure au rang des villes-martyres.

L’Allemagne elle-même, l’Allemagne d’aujourd’hui entend elle aussi et ce, peut-être plus que toutes autres, figurer parmi les nations qui revendiquent la paix pour tous comme pour chacun.

Appelé à m’exprimer à nouveau devant vous au cours de la présente journée afin de poursuivre le devoir de mémoire que nous initions ici, je tiens à conclure cette intervention inaugurale sur un geste à haute valeur symbolique que la nation allemande a voulu poser ici-même à Sambreville.

Je laisse d’ailleurs le soin à Monsieur Eckhart CUNTZ, Ambassadeur d’Allemagne en Belgique, le soin de poser ledit geste.

 

Son Excellence Monsieur Eckhart CUNTZ

Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemgne

Ambasadeur_dAllemagne_Ouverture.jpg

Texte à recevoir.

 

 

Ouverture_001.jpg

Ouverture_002.jpg

5D6B4926.jpg

 


Date de création : 15/09/2014 @ 14:51
Dernière modification : 22/09/2014 @ 20:25
Catégorie : Hommages 2014

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^