Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Hommages 2019

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 2014 - Discours Monument Caporal Lefeuvre à Tamines

Discours du Centenaire 14-18

Monument Caporal Pierre Lefeuvre à Tamines - samedi 23 août 2014

Monsieur Jean-Charles LUPERTO

Député-Bourgmestre de Sambreville

M_Lefeuvre_TEBAULT.jpg

L’événement qui nous réunit aujourd’hui est, à l’instar de toutes les manifestations commémoratives de ce week-end, d’une réelle et grande importance.

En effet, pendant les journées tragiques d’août 1914, les troupes françaises sont venues se battre sans relâche pour défendre nos cités contre les Allemands.

Je reviendrai dans un instant sur ces événements marquants, plus particulièrement sur ceux qui eurent lieu ici même.

Avant cela, je souhaite vous remercier toutes et tous  de vous être associés à ce moment consacré au devoir de mémoire qui s’imposait en ces jours anniversaire du Centenaire des Batailles de la Sambre.

Je tiens à remercier tout particulièrement et très chaleureusement les autorités municipales de Bédée, ville bretonne située à l’ouest de Rennes, leur présence étant notamment justifiée par le fait que le Caporal LEFEUVRE était Citoyen de Bédée.

Merci encore à vous Amis Français qui avez fait le déplacement depuis Bédée et d’autres municipalités pour être des nôtres en ce jour dont vous avez bien mesuré le caractère exceptionnel et la responsabilité attendue de nous à cette occasion..

Il est par ailleurs essentiel que je souligne ici la présence de descendants du Caporal Pierre LEFEUVRE, ce qui représente pour nous un inestimable honneur.

Merci déjà aux musiciens de l’Harmonie de Falisolle qui nous ont rejoints pour célébrer cette cérémonie.

Revenons, si vous le permettez, au Caporal Pierre LEFEUVRE, à sa bravoure, à son héroïsme exemplaire (temps d’arrêt).

Toutes les femmes et tous les hommes qui ont résisté à l’ennemi lors de la Grande Guerre sont toutes et tous dignes de notre reconnaissance.

Parmi eux, lors de ces tragiques événements, certains combattants se sont tout particulièrement illustrés.

Ce fut indéniablement le cas du Caporal français Pierre LEFEUVRE.

En lui rendant un hommage particulier, c’est toutes les personnes, militaires comme civiles, qui se sont sacrifiées pour défendre nos droits et nos libertés que nous honorons.

Soldat des troupes françaises venues renforcer notre armée contre les Allemands, le Caporal Pierre LEFEUVRE était considéré comme le meilleur tireur de son régiment.

C’est pourquoi, le 21 août, quand le 70e Régiment d’Infanterie dut évacuer les abords de Tamines, le caporal LEFEUVRE reçut l'ordre de se placer dans un fossé, au bord de la route, et de défendre à lui seul le passage du pont de Tamines afin de retarder l'avance de l’ennemi, serait-ce au sacrifice de sa vie.

Il tira sur tous les ennemis qui se présentaient à l'entrée du pont.

Les Allemands ont alors contourné le lieu afin de le prendre par surprise.

Le caporal fut sommé de se rendre pour être ensuite froidement exécuté.

On retrouva 243 douilles vides à côté de son corps sans vie.

C’est donc bien au péril de sa vie que le Caporal Pierre LEFEUVRE abattit de nombreux ennemis tout en faisant un nombre considérable de blessés.

Chaque année, alors que je rends hommage à sa bravoure et à son comportement héroïque, une question me revient à l’esprit :

Savait-il qu’en nous défendant, il se condamnait lui-même ?

Il est le seul sans doute à connaître la réponse à la question.

Néanmoins, il me semble que tout vient attester que notre héros avait bel et bien conscience qu’il ne sortirait pas vivant de cet inégal affrontement.

Son héroïsme fut à la hauteur de la devise chère à la République française : « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Le monument devant lequel nous nous trouvons a été élevé à sa mémoire, à l'endroit même où il a accompli plus que son devoir.

Ce monument est aussi là en mémoire du sacrifice de tous ces soldats, français plus particulièrement, qui sont morts ici et dans les environs, soldats animés de la volonté de vivre libres et en paix.

Une paix qui, pour être effective, réclame une Europe forte et unie.

Une Europe dont nous devons poursuivre la construction afin qu’elle demeure ce symbole de liberté, de démocratie et de paix pour toute la communauté internationale … une paix entre les peuples …, pour les peuples et par les peuples

Car n’oublions jamais que la liberté dont nous jouissons aujourd’hui n’est pas un acquis mais bien un héritage, malheureusement obtenu dans et par le sang.

Ayons toujours en mémoire que notre présent comme notre avenir reposent sur un passé qui, même douloureux, doit être source d’expérience et d’apprentissage pour les générations actuelles et futures auxquelles nous avons la responsabilité d’offrir un monde où leur pleine Humanité puisse s’exprimer.

Je vous remercie pour votre attention.

Je cède maintenant la parole à mon Collègue, Monsieur Joseph THEBAULT, Maire de Bédée, le remerciant une fois encore pour sa présence aujourd’hui à la tête d’une importante délégation de sa municipalité et de ses environs.

Merci à tous.

 

Monsieur Joseph THEBAULT

Maire de Bédée (22 - Côtes d'Armor)

M_Lefeuvre_Luperto.jpg

Aujourd’hui 23 août 2014, une émotion intense nous envahit au plus profond de nous même. En effet, nous voilà réunis en ces journées de commémoration du centenaire 14/18 pour rendre hommage aux malheureuses victimes militaires et civiles de cette grande guerre. Cette affreuse guerre qui a tant coûté de vies humaines, qui a tant causé de désastres nous oblige à accomplir en ce jour le devoir de mémoire en évoquant des souvenirs et en marquant notre reconnaissance.

En 1914, partout en France, la mobilisation commence le 1er août, soit trois jours avant que l’Allemagne ne déclare la guerre à la France. Ce premier août 1914 à 5h30 du soir, le Maire de la commune de Bédée est averti par le Brigadier de gendarmerie, accompagné de gendarmes : ils sont porteurs d’ordres secrets, d’affiches de la mobilisation générale et des tableaux de réquisition. Avant 6 h du soir sonnait le tocsin de la mobilisation générale comme sur tout le territoire national. Ce sont les cloches des églises qui annoncent le signal de la mobilisation. La Mairie de Bédée restera ouverte toute la nuit pour la réquisition des hommes (ces phrases sont extraites du journal du Maire de l’époque Louis LEROY).

Bédée comme tous les villages de France se vide, en quelques jours les jeunes bédéens, livret militaire en poche, rejoignent leurs casernes : Rennes, Vitré, Saint Malo. Sur l’ensemble du territoire national, ce sont 3 500 000 hommes qui quittent leur ferme, leur famille, leur village pour aller au front.

Tous les mobilisés se postent aux frontière. Les trains partent de toute la France, ils achemineront tous ces soldats et le matériel jusqu’aux frontières. Le temps de paix est définitivement terminé pour les soldats. A Bédée comme dans toutes les communes, on part sans protester, sans réel enthousiasme non plus, tout simplement pour faire son devoir de militaire, son devoir de soldat. La commune de Bédée a envoyé 680 de ses enfants au front. Le soldat, quand il se bat, sait qu’il va au devant de la mort. Il lutte avec courage, avec amour pour sa patrie, avec abnégation. Il sait que s’il succombe, son sacrifice il l’offre à la France, à sa patrie.

120 soldats de Bédée sont tombés pour la France durant cette terrible guerre.

A Bédée, la grande guerre reste incarnée par la figure du Caporal Pierre LEFEUVRE, identifié comme le héros de Bédée et de Tamines.

Fils d’agriculteur, Pierre Marie Joseph LEFEUVRE est né le 28 février 1891 à Bédée au lieu dit la Vigne. Il travaillait avec son frère à la ferme de ses parents. Il y restera jusqu’à son incorporation dans l’armée. A la mobilisation générale, il part avec son régiment. A cette époque, la guerre est encore faite de mouvements. Il n’y a pas encore les tranchées, la ligne de front est en Belgique. Le Caporal Pierre LEFEUVRE appartient à la section Hamon du 70ème Régiment d’Infanterie de Vitré. C’est un tireur d’élite  reconnaissable au cor de chasse doré qu’il porte sur sa capote.

Pendant la Bataille de Charleroi, son régiment doit reculer pour ne pas être encerclé par les troupes allemandes en surnombre. Les Français franchissent le Pont de la Sambre à Tamines. Pour couvrir la retraite de son régiment, la section du Caporal Pierre LEFEUVRE est sacrifiée  pour tenir tête le plus longtemps possible à l’avancée allemande.

Avec ses camarades de section, ils vont du mieux qu’ils le peuvent contenir la colonne allemande pendant des heures. Pierre Lefeuvre placé dans un bosquet, atteint sa cible à chaque tir. Il est ravitaillé en munition par un jeune belge qui va chercher les cartouches des soldats morts autour de lui. On relèvera 250 douilles autour de lui et 58 cadavres ennemis dont 9 officiers. A bout de munitions, le Caporal Pierre LEFEUVRE refuse de se rendre, il est mortellement blessé par un tir ennemi. Pendant plusieurs heures, il a tenu en échec une compagnie avec la pensée d’accomplir son devoir. Le caporal Pierre Lefeuvre fera partie des 6 000 soldats tombés dans cette dramatique bataille de la Sambre.

L’héroïsme du Caporal Pierre LEFEUVRE reste très ancré dans la mémoire collective. Ce monument édifié à sa mémoire sur Tamines témoigne de la reconnaissance Belge. Sur notre commune de Bédée, un monument a aussi été édifié en novembre 1954. Ce monument représente un puissant Menhir en granit breton sur lequel flottent au vent en parfaite harmonie les drapeaux Belge et Français.

Loin de son clocher natal, le caporal Pierre LEFEUVRE repose avec bien d’autres de ses camarades au cimetière militaire de la Belle Motte.

Mesdames, Messieurs, saluons le courage de cet homme et de ces hommes qui n’ont fait que leur devoir d’être de bons soldats avec abnégation pour servir courageusement  la France.

Ils sont morts pour leur pays, pour la liberté, pour la paix, honneur à leur mémoire.

Je vous remercie de votre attention.

M_Lefeuvre__001.jpg

M_Lefeuvre_002.jpg

M_Lefeuvre_003.jpg

M_Lefeuvre_004.jpg

M_Lefeuvre_005.jpg

 

 


Date de création : 09/09/2014 @ 17:57
Dernière modification : 10/09/2014 @ 10:19
Catégorie : Hommages 2014

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^