Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Hommages 2014 - Discours Monument Lt Henry Lemercier à Arsimont

Discours du Centenaire 14-18

Monument Lt Henry Lemercier à Arsimont - dimanche 24 août 2014

Monsieur Jean-Charles LUPERTO

Député-Bourgmestre de Sambreville

M_Lemercier_Luperto.jpg

 

Messieurs les Bourgmestres,

Mesdames, Messieurs les membres de Collège communaux,

Mesdames, Messieurs les Conseillers communaux et de CPAS,

Messieurs le chef de Corps,

Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualité,

 

Depuis ce 22 août, date à laquelle, il y a de cela un siècle, eut lieu le massacre de Tamines, nous nous réunissons afin de commémorer le centenaire du début de la Guerre 14-18 dont certaines batailles meurtrières ont marqué à jamais notre histoire commune ainsi que très profondément le paysage de notre bassin de vie.

Vous remerciant toutes et tous de vous associer à ce devoir de mémoire, c’est avec une réelle émotion que je vous accueille en ce lieu pour rendre hommage à des hommes, à des femmes, à des enfants, à des soldats, à des combattants, bref à des Humains, qui, durant les tragiques journées du 20 au 23 août 1914, ont combattu pour défendre la liberté de nos cités, de notre royaume, de l’Europe … pour défendre une certaine idée de l’Humanité.

Des centaines de personnes sont mortes au cours de ces journées.

Nous avons le devoir de ne jamais les oublier et de perpétuer leur souvenir.

Durant la Première Guerre mondiale, la Belgique toute entière, notre bassin de vie plus particulièrement a été le théâtre de combats meurtriers et de massacres sanguinaires.   

Le 31 juillet 1914, l’Allemagne lançait un ultimatum à notre pays : si la Belgique refusait aux troupes allemandes le passage sur ses terres, elle serait considérée comme un état ennemi.

Le 3 août, la Belgique refusait cet ultimatum, les Allemands l’envahissant dès le lendemain.

Rappelons avec insistance que le vendredi 21 août 1914, les Allemands arrivent à Tamines tôt le matin. Ils font prisonniers des habitants, saccagent et brûlent des maisons, commettent des actes cruels et barbares.

Comme chacun sait, le lendemain, soit le 22 août 1914, le massacre de Tamines était perpétré faisant 383 victimes innocentes.

Durant ces journées sombres, de valeureux soldats français, appartenant aux régiments du 10e Corps d’Armée, sont venus solidairement et fraternellement renforcer nos troupes.

Malgré la supériorité matérielle et numérique des Allemands, ils vont se battre jusqu’au sacrifice de la vie de la plupart d’entre eux.

Assaillis de tous côtés par l’ennemi, ils font preuve d’une résistance opiniâtre … tout simplement héroïque !

Parmi ces soldats Français venus défendre la liberté, notre liberté, va particulièrement se distinguer le Lieutenant Henry Lemercier lequel entraîna ses hommes à l’assaut alors même qu’il était blessé.

Il sera blessé une seconde fois avant d’être abattu à quelques mètres des lignes ennemies.

Au nom de Sambreville et de sa population, je souhaite, en ces journées commémoratives, rendre un hommage tout particulier au Lieutenant Henry Lemercier pour son héroïsme et son sacrifice.

Ce monument a été érigé afin de ne jamais oublier ce que ses hommes et lui ont ici accompli.

Un fraternel merci à la France et à ses héros.

A tout jamais notre respectueuse et redevable reconnaissance !

 

Monsieur le Général (er) de Gendarmerie François BUDET

Président de l'Association des Anciens et Amis du Maquis de Coat-Mallouen (Guingamp)

M_Lemercier_Budet.jpg

Arsimont,
C'est un nom qui résonne douloureusement dans la mémoire des Guingampais. C'est en effet ici même que nos grands-pères ou arrière grands-pères ont combattu il y a cent ans.


Imaginez leur départ de la Bretagne en plein mois d'août, en période des moissons, leur trop rapide mise en condition à la caserne de La Tour d'Auvergne, la perception du paquetage, le long trajet en train jusqu'à Vouziers, puis des dizaines et des dizaines de kilomètres à pied, lourdement chargés, pour venir au secours de nos amis belges que l'ennemi massacre avec une cruauté sans nom.


Ils sont là, sur les contreforts de la Sambre dès le 20 Août 1914. A Fosses la Ville le Colonel de FLOTTE, commandant le 48ème R.I., accompagné d'un de ses bataillons organise le P.C. Tout le monde va à la messe, à l'exception de 5 ou 6 sur les 600 soldats présents, et tout le monde communie... Ils savent bien que beaucoup vont mourir et ils acceptent  leur sacrifice!
Le 21 Août aux rayons du soleil couchant, le régiment se déploie sur des plateaux ondulés qui bordent la Sambre et qui en 1692 avaient déjà été arrosés du sang de ses aînés, car en 1692, au cours de sa brillante carrière, le 48ème, alors régiment d'Artois, avait déjà combattu au siège de Namur dans la guerre de la ligue d'Augsbourg.


Le 3ème bataillon, débouchant d'Arsimont, par une vigoureuse charge à la baïonnette s'efforce de rejeter au Nord de la Sambre les Allemands qui avaient commencé à franchir le fleuve. Le bataillon très éprouvé par cette charge sanglante reçoit l'ordre de rallier le reste du régiment dans la nuit entre Arsimont et Fosses pour se reformer.


Le contact est repris à l'aube. Le régiment tout entier attaque entre Ham/Sambre et Arsimont. Son élan est magnifique mais rapidement décimé par le tir écrasant de l'adversaire. Le Colonel de FLOTTE, mortellement blessé au milieu de ses soldats qui montent à l'assaut refuse de se laisser emporter. "Je veux mourir debout" crie-t-il mettant une énergie surhumaine à se relever...
Je me souviens du récit de mon grand-père fait prisonnier ici. Il était artilleur et servait un canon de 75, "Débouché zéro" racontait-il. C'est à dire qu'il tirait à vue sur les assaillants qui franchissaient, baïonnette au canon, le mur formé par les corps amoncelés de leurs camarades.
Quelle furie ! Mais aussi quelle volonté de ne pas se soumettre à la botte ennemie ! Au nom de la Liberté !

 

On ne peut pas être à Arsimont sans évoquer le nom d'un de ces vaillants soldats, d'un héros comme beaucoup d'autres ici, le Lieutenant LEMERCIER dont vous voyez le mo​nument érigé à son nom.


Henry LEMERCIER  venait de finir de brillantes études universitaires lorsqu'il a été affecté au 71ème R.I. de St Brieuc qui combattait aux côtés du 48ème R.I. A la tête de sa section il monte à l'assaut de l'ennemi sabre au clair. Blessé à l'épaule il poursuit l'attaque avant d'être blessé une 2ème fois. Sabre brisé il se relève et est tué à 10 mètres des lignes ennemies.


Il est porté disparu le 21 Août au soir. Quatre ans plus tard son carnet de route est retrouvé. La veille de sa mort il écrit : "Par la volonté, le courage personnel et surtout l'aide de Dieu, je crois devoir remplir mon devoir sans scrupule" "Haut les cœurs et vive la France" sont ses dernières paroles gravées sur le monument érigé à l'endroit des combats.
Ces évocations nous remplissent d'émotion et nous confortent dans notre désir de Paix. La Paix est là, mais à quel prix : la deuxième guerre mondiale. Cette Paix fragile s'est construite sur les sacrifices de nos Anciens et l'on sait bien que c'est sur le passé que se construit l'avenir. C'est pourquoi la mémoire est un ferment si précieux à préserver.


On s'y emploie ici d'une façon exemplaire et c'est l'occasion pour nous de remercier chaleureusement les villes de Sambreville, Fosses-la-Ville et Aiseau-Presles, le comité du Centenaire 14-18 en val de Sambre présidé par le bourgmestre honoraire d'Aiseau-Presles Marcel Dargent,​ le Comité du Souvenir de Le R​oux, son Président d'Honneur Daniel Tilmant et son Président Pierre Godenn​e et tous ceux qui ont participé à la préparation de ces belles cérémonies du Centenaire.


Merci à vous, Amis belges, merci pour votre amitié, votre présence à nos côtés à Coatmallouen où vous venez honorer les fils de ces héros de la Sambre qui, à leur tour ont donné leur vie pour la Patrie. Oui merci du fond du cœur.


Vive l'amitié franco-belge.

M_Lemercier01.jpg

M_Lemercier03.jpg

M_Lemercier04.jpg

M_Lemercier02.jpg
 

 


Date de création : 04/09/2014 @ 20:03
Dernière modification : 25/09/2014 @ 11:35
Catégorie : Hommages 2014

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^