Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Hommages 2019

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 1920 - Manifestion patriotique à Le Roux

 

Extrait
du Journal « Vers l’Avenir » - Siège d’exploitation situé à Namur
n° 205, page 2 du jeudi 2 septembre 1920
_______________________
 
 
Texte intégral
 
Manifestation patriotique
à Le Roux-lez-Fosses
 
« Sur les hauteurs de la Sambre, à mi chemin entre Tamines et Fosses, s’élève le cimetière militaire français de la Belle-Motte. Situé sur la limite des communes d’Aiseau et de Le Roux, à la lisière du bois, il domine toute la plaine fertile du plateau de Lothia et de Le Roux. C’est dans ce site pittoresque que c’est déroulée dans l’après-midi du 22 août, la manifestation patriotique organisée par la Société des Anciens Combattants de Le Roux, en l’honneur de leurs frères d’armes français reposant, au nombre de 374 à Belle-Motte.
 
Grâce aux soins vigilants et continuels de M. Pêtre, directeur de la glacerie Ste-Marie d’Oignies, le champ de repos de nos braves soldats est entretenu dans la plus grande propreté. Toutes les tombes d’une belle croix blanche ; deux géraniums roses et une croix de gazon de Chine les ornent. Le matin du 22 août, des délégués de la Ligue du Souvenir, de Charleroi, sont venus placer un nœud tricolore français sur chaque croix. Le monument est garni de drapeaux français et belges qui claquent au vent… La manifestation commença à l’église paroissiale spécialement pavoisée pour la circonstance. Après les vêpres du dimanche, on chanta les vêpres des morts pour les chères victimes de la guerre. Des places réservées dans le chœur étaient occupées par les combattants et les déportés. A 2 h.½, le cortège se forme. En tête, un drapeau belge et un drapeau français, les enfants des écoles portant des fleurs eu un drapelet tricolore français et belge ; la Société de musique de Falisolle ; les autorités communales ; le drapeau des Anciens Combattants de Le Roux entouré des combattants et des déportés de la commune ; le drapeau de la jeunesse, suivi d’une foule énorme.
 
Arrivés au champ de repos, les enfants s’éparpillent sur toutes les tombes de nos chers alliés et y déposent leurs fleurs. Ensuite, M. le curé de la paroisse chante l’absoute et bénit chacune des tombes, puis M. Adrien Challe, secrétaire communal, ancien combattant, nous rappelle, dans un émouvant discours, pourquoi nous devons honorer de notre perpétuelle reconnaissance ces braves Bretons qui reposent en terre belge. « De même, dit-il, que les enfants de France sont venus mourir en Belgique pour nous sauver, de même des enfants de Belgique sont morts en France pour son salut. De même que la France doit conserver pieusement le souvenir de nos compatriotes belges qui y reposent, de même que nous ne pouvons oublier ces braves alliés morts pour nous. » Ce discours fut plusieurs fois interrompus par les cris de : « Vive la France ! Vive la Belgique ! » Ensuite, M. Achille Challe, échevin de la commune, lit une lettre envoyée de France par M. Cotelle, professeur au lycée de St-Brieuc, dont le fils, le bienveillant Georges Cotelle, repose à Belle-Motte, au milieu de ses soldats. S’excusant de ne pouvoir assister personnellement à cette manifestation patriotique, M. Cotelle retrace, en douze grandes pages, d’après le livre de M. Hanotau, le passage de la Sambre à Auvelais et à Lothia. Il nous a fait revivre, d’une façon saisissante, les si terribles heures du 22 août 1914.
 
Les enfants chantent ensuite la Marseillaise et la Brabançonne, qui sont reprises encore une fois par la musique. On acclame la Belgique et la France et le cortège se reforme vers le village. A peine étions-nous rentrés, vers 5 h.¼, que nous apprenions l’arrivée au cimetière de Belle-Motte de cinq autos, occupées par les officiers français. Ils venaient déposer quatre magnifiques couronnes au pied du monument. (1)
 
Puisse cette manifestation de sympathie et de reconnaissance envers ces braves, consoler un peu leurs familles, de leur prouver qu’on oublie par leurs fils, nos alliés, et resserrer davantage encore les liens déjà si nombreux qui nous unissent à la France.
 
                                            UN TEMOIN.
 
(1) Il s’agissait certainement des officiers présents aux cérémonies d’Auvelais : le général Laroque (qui commandait comme colonel le 70ème R.I. en août 1914), son chef d’état-major, le capitaine Tellier et le général Collyns, délégué de la ligue du Souvenir.

 

Date de création : 20/01/2011 @ 20:14
Dernière modification : 21/01/2011 @ 14:28
Catégorie : Hommages 1920

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^