Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 1993 - Lisiane TILMANT
Commémoration du 79ème anniversaire des Combats de la Sambre
Nécropole militaire française de la Belle-Motte
Discours
prononcé par 
Lisiane TILMANT,
au nom de la jeunesse belge
 
Dimanche 22 août 1993
_______________________

1993_Discours_Lisiane_Tilmant.jpg
 
Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,
Chers Amis,
 
 
Nous voici réunis une nouvelle fois à Belle-Motte dans un décor calme, paisible et silencieux. La paix qui règne ici est bien réelle.
 
Et pourtant, il y a 79 ans, des jeunes connus et inconnus ont sacrifié leurs vies pour cette paix que nous essayons encore aujourd’hui de conserver ou de rétablir pour construire un monde meilleur, un monde de la Fraternité.
 
L’écrivain français Jean-Paul Sartre a écrit un jour ces quelques mots : « Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent. » Aujourd’hui, recueillons-nous et souvenons-nous de ces pauvres et jeunes soldats qui sont tombés au nom de la Paix et de la Liberté.
 
Ils sont morts, pour nous. Un soldat a tué un autre soldat. Se connaissaient-ils ? Non… peut-être. Et pourtant, ils se sont battus, parce qu’ils obéissaient aux ordres de personnages politiques. Tous les soldats, dans les différents camps, amis ou ennemis, avaient leurs propres idéaux et défendaient leurs nations… Il a fallu un vainqueur et un vaincu. Mais à quel prix ! ceux qui ont eu la chance de rester en vie, ont été profondément marqués et n’oublieront jamais ces années de guerres et de souffrance pendant lesquelles sont morts leurs amis. Grâce à eux, les jeunes doivent comprendre qu’une guerre n’est jamais juste, qu’elle emplit le cœur des hommes d’un sentiment de haine et de fanatisme.
  
Cependant, à l’aube du 21ème siècle, les jeunes ne comprennent plus vraiment les haines qui ont engendré ces deux guerres mondiales. Mais, il y a d’autres guerres, autre part, loin de nous. Chaque jour, les journaux télévisés nous montrent des images d’horreur venant de Bosnie de Somalie, d’Afrique du Sud, du Liban et d’autres pays encore dont on ne parle même pas : tueries, massacres et bombardements, motivés par la haine de celui qui est différent.
 
C’est le cauchemar d’il y a 50 ans, que l’on croyait devenu impossible et que nous ne pouvons pas ignorer. Ce qui ressort devant tout cela est un sentiment de haine et de refus. Il faudrait bouger. Il faut agir. Et en cette fin du 20ème siècle, des jeunes français, belges et autres nationalités, des jeunes de tous horizons, sous l’égides des Nations-Unies et autres organisations internationales, tentent, en risquant leurs vies, d’établir des zones de paix en Croatie et en Somalie. Ils ont droit à notre reconnaissance parce qu’ils veulent diffuser, peut-être inconsciemment certes, dans une autre époque et avec d’autres moyens, le message de paix et de liberté que nous ont laissé des milliers de combattants, tués en ces lieux-mêmes.
 
Voici maintenant trois semaines que le Roi Baudouin est mort. Lui aussi était très préoccupé par les guerres qui ravagent l’ex-Yougoslavie et la Somalie. Il a passé plus de 40 ans au milieu de son peuple et au cœur du combat pour la paix.
 
De plus, le Roi s’est fréquemment adressé aux jeunes. Il nous a dit notamment ceci : « A côté de tant de détresse, il ya la vie (…) qui vaut la peine d’être vécue. Le monde a besoin de personnes généreuses qui respectent l’autre, lui font confiance, l’aident et lui sourient. Seul l’amour véritable peut changer notre monde. » Car en effet, le monde a besoin de joie et d’amour, armes plus puissantes que la bombe atomique, et c’est à nous, les jeunes, de les donner chaque jour même si c’est très difficile.
 
Le Roi nous a demandé aussi « de nous engager courageusement dans la construction d’une société plus juste, plus fraternelle et plus généreuse. »
 
Alors, en regardant dans ce cimetière, toutes ces stèles, en songeant à nos parents et grands-parents morts à la guerre, suivons cet appel à l’Union, à la paix, à la Fraternité et à l’Amour.
 
Que ces hommes qui ont perdu la vie sur ces champs de bataille, que ceux qui sont ici à nos côtés, nous réapprennent les valeurs de solidarité, de liberté et des respect d’autrui.
 
On ne peut pas oublier le passé. Il nourrit le présent. Les jeunes doivent avancer dans l’Histoire sans tourner le dos au passé.
 
Au début, j’ai parlé du silence qui nous envahit quand on arrive ici à Belle-Motte. Derrière ce silence, nous devons entendre siffler à nos oreilles un message. Reprenons ce message d’Espoir, de Liberté et de Paix et construisons une fois pour toutes un monde sans haine, sans conflit et sans souffrance. Je terminerai par ces quelques mots de Gandhi qui s’est battu lui aussi pour la paix : « La plus grande force dont puisse disposer l’humanité est le non-violence. »
 
Lisiane TILMANT
Université catholique
de Louvain-la-Neuve

Date de création : 20/01/2011 @ 17:47
Dernière modification : 20/01/2011 @ 17:47
Catégorie : Hommages 1993

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^