Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Hommages 2019

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Hommages 1921 - 1921 M TAHIR Bourgmestre
Discours prononcé par M. TAHIR, Bourgmestre de Le Roux.
 
 
Mesdames, Messieurs
 
L’Administration communale de Le Roux, considère comme un devoir de s’associer à cette journée du Souvenir et de la reconnaissance.
 
C’est au nom de la Commune par conséquent, au nom de tous mes concitoyens, que je salue les vaillants soldats français, tombés sur notre territoire et que je leur présente l’hommage ému de notre respect et de notre gratitude.
 
Ici même, aux derniers jours d’août 1914, s’est déroulée une des plus chaudes actions de la bataille de Charleroi. Vous en connaissez les péripéties. C’est à la mémoire de ceux qui tombèrent ici et qui reposent sous nos yeux, qu’est consacrée cette journée du Souvenir quel trois fois déjà depuis trois ans, nous avons renouvelées par un pèlerinage au cimetière de Belle-Motte. Car nous n’oublierons pas et nous voulons nous rappeler toujours les leçons et enseignements que nous donnent ceux qui glorieusement reposent sous ces tombes.
 
Nous nous rappelons en ce jour la guerre, la guerre à laquelle on ne croyait plus, la guerre atroce, meurtrière, épuisante, la guerre qu’il faut travailler à éviter en devenant tous les jours plus forts et plus puissants.
 
Nous venons ici pour nous rappeler surtout les morts de la guerre, les vaillants, les généreux soldats morts au champ d’honneur. Nous venons, parents français, qui pleurez sur la tombe de vos fils, nous venons vous rappeler le sang de votre sang coulant sur la terre belge et la fécondant de courage et de sacrifice.
 
Nous venons nous rappeler les cris désespérés des mourants, leurs derniers regards vers la patrie bien-aimée, vers leur « cher eux » qu’ils ne reverraient plus, leur dernière prière, leur adieu à ceux suprême à ceux qu’ils laissaient pour toujours.
 
Nous venons enfin nous rappeler la dette de reconnaissance que nous avons contractée, vis-à-vis de ceux qui sont tombés ici et à laquelle nous convie chacun des petits tertres surmontés d’une croix.
 
On vous l’a dit déjà en glorifiant leur courage et leur vaillance, ils nous ont sauvés !
 
C’est pour la France, c’est pour la Belgique, c’est pour nous tous qu’ils ont donné leur vie, versé leur sang. Ah ! quel sacrifice ! Ils étaient jeunes, ils étaient heureux, l’avenir leur souriait, ils avaient une famille, un père, une mère, et pour plusieurs une femme et des enfants et ils ont tout sacrifié !
 
Et c’est leur mort qui nous vaut la vie ; c’est leur mort qui nous vaut, je ne dis pas seulement la victoire, mais le droit à nous d’être Belges encore et à vous Français, d’être Français.
 
C’est leur mort qui nous vaut d’avoir gardé nos traditions, notre langue, notre foi, notre civilisation, tout ce qui fait en un mot l’honneur et la vie d’un pays.
 
Pouvons-nous oublier cela ? Non jamais. Et la participation à cette manifestation du Souvenir de toute la population de Le Roux et des délégations étrangères, prouve que l’on n’oublie pas les services rendus par ceux dont nous rappelons la mémoire.
 
Mais cette commémoration nous inspire le désire d’être dignes de ces héros, en servant la cause pour laquelle ils ont souffert.
 
Leur abnégation et leur sacrifice nous font réfléchir non seulement aux devoirs de la guerre, c’est-à-dire la nécessité de tout prévoir pour empêcher le retour d’une nouvelle et semblable catastrophe, mais ils nous font songer aussi aux devoir de la paix ; besoin d’énergie et de générosité, besoin d’union et de persévérance s’affirmant dans la restauration du pays.
 
La portée de cette leçon s’accroît encore de la présence à cette cérémonie de la délégation militaire française.
 
Je salue donc avec joie et reconnaissance l’armée française représentée ici par des officiers faisant partie de la plus belle, de la plus vaillante, de la plus glorieuse armée qui soit au monde !
 
Ce fut pour nous une inoubliable fierté d’avoir combattu avec la France immortelle, avec cette France qui incarna pendant la guerre, la liberté de tous, nations et individus, contre des doctrines faites d’orgueil et de mensonge.
 
Avec la même amitié qui les unissait hier dans une libération commune, nos armées, nous l’espérons, demeureront unies dans l’éventualité d’une défense commune.
 
Quant à vous, parents Français, venus de si loin pour assister à cette cérémonie, soyez remerciés de l’encouragement que vous nous donnez en surmontant mille difficultés pour être aujourd’hui des nôtres. Soyez persuadés que le souvenir de vos morts nous tient aussi à cœur qu’à vous-mêmes. En voici un exemple : il y a quelques jours, le 4 Août, les enfants de Le Roux, pour remémorer le jour néfaste de la déclaration de la guerre, vinrent en groupe fleurir les tombes de vos enfants glorieux. La reconnaissance qui anime ces enfants, nous la leur avons inculquée et nous vous assurons que chaque année, nous referons ce pèlerinage afin que cette fête du Souvenir soit pour tous une occasion de rendre notre admiration et notre reconnaissance à tous ces braves soldats de la France, reposant maintenant au cimetière de Belle-Motte.

Date de création : 10/12/2010 @ 12:17
Dernière modification : 27/01/2011 @ 16:03
Catégorie : Hommages 1921

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^