Mémorial du 25è RI

Toutes les Pages Mémoires


A (12)

B (21)

C (30)

D (37)

E (5)

F (33)

G (59)

H (36)

I (1)

J (23)

K (1)

L (152)

M (49)

N (7)

O (6)

P (24)

Q (4)

R (12)

S (10)

T (13)

V (12)


Rechercher





Nos Articles

Fermer Evennement

Fermer Hommages 1919

Fermer Hommages 1920

Fermer Hommages 1921

Fermer Hommages 1922

Fermer Hommages 1923

Fermer Hommages 1924

Fermer Hommages 1925

Fermer Hommages 1931

Fermer Hommages 1934

Fermer Hommages 1935

Fermer Hommages 1936

Fermer Hommages 1937

Fermer Hommages 1938

Fermer Hommages 1939

Fermer Hommages 1949

Fermer Hommages 1954

Fermer Hommages 1955

Fermer Hommages 1959

Fermer Hommages 1960

Fermer Hommages 1961

Fermer Hommages 1964

Fermer Hommages 1977

Fermer Hommages 1978

Fermer Hommages 1979

Fermer Hommages 1980

Fermer Hommages 1981

Fermer Hommages 1982

Fermer Hommages 1983

Fermer Hommages 1991

Fermer Hommages 1992

Fermer Hommages 1993

Fermer Hommages 1999

Fermer Hommages 2000

Fermer Hommages 2001

Fermer Hommages 2002

Fermer Hommages 2003

Fermer Hommages 2004

Fermer Hommages 2005

Fermer Hommages 2006

Fermer Hommages 2007

Fermer Hommages 2009

Fermer Hommages 2010

Fermer Hommages 2011

Fermer Hommages 2012

Fermer Hommages 2013

Fermer Hommages 2014

Fermer Hommages 2015

Fermer Hommages 2016

Fermer Hommages 2017

Fermer Hommages 2018

Fermer Nécrologe

Actualités
Les cimetières
militaires
Service d' Etat-Civil
Nous Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Hommages 1921 - 1921Commandant LEMAIRE
Discours improvisé par le Commandant Ch. LEMAIRE du 47ème Régiment d’Infanterie.
 
Le Commandant Lemaire prit part au combat du 22 août 1914. Il se trouvait sur le territoire de la commune de Falisolle non loin des hauteurs d’Hamion.
 
Mesdames, Messieurs
 
Morts de Charleroi, quand j’ai été appelé à l’honneur de représenter auprès de vous la famille militaire à laquelle vous appartenez, j’ai été tout à la fois très fier et très perplexe : très fier d’avoir le précieux privilège de venir sur vos tombes y remplacer vos parents, vos chefs et vos camarades, très embarrassés pour exprimer les sentiments que nous éprouvons pour vous et les si chers amis qui, après avoir recueilli vos restes glorieux leur ont donné, à portée de leur affection et de leurs regards, une sépulture digne de votre passé.
Belle_Motte_1919_Croix_bois_cimetiere_allemand.jpg
 
Ah ! combien je déplore de ne pouvoir vous raconter les titres de gloire que nous avons récoltés dans cette lutte gigantesque par votre sacrifice et par votre sublime exemple. Ah ! si vous pouviez m’entendre, mes braves, et si vous pouviez voir !
 
Si vous pouviez m’entendre, je vous dirais que le drapeau de votre Patrie, de votre Régiment est revenu de la plus grande des guerres, constellé de gloire, que les balles l’ont souvent déchiqueté, que la mitraille en a emporté de nombreux lambeaux, mais qu’une main ennemie ne l’a jamais profané ! Que, durant plus de quatre ans, il a été fièrement porté par des camarades que votre exemple avait rendus magnifiques et invincibles. Que la gloire a jamais radieuse et ineffaçable qui l’auréole est faite de l’âme de la France et de celle de ses alliés, de votre sang, de celui de vos frères d’armes et des exploits de ceux dont le plus grand bonheur de vivre encore est d’honorer de toute leur âme votre si cher souvenir.
 
Je vous dirais que ce drapeau a conservé jalousement les derniers regards que vous lui avez adressés en fermant les yeux, et qu’il a voulu que je vienne faire flotter, sur vos tombes fleuries, son ombre glorieuse et immortelle !
 
Ah ! si vous pouviez m’entendre ! Je vous raconterais les crimes si monstrueux et si atroces des barbares, qu’aucun peuple n’avait jusque là ni imaginés, ni perpétrés.
 
Je vous dépeindrais l’héroïsme, le travail surhumain, la foi en la victoire et la constance de vos pères et de vos mères, des vieux et des jeunes, qui, durant toute la campagne, ont supporté sans défaillance et sans plainte, en communion intime avec les peuples qui luttaient avec eux, toutes les souffrances morales et toutes les privations, qui devaient leur donner la victoire la plus éclatante.
 
Ah ! si vous pouviez m’entendre ! je vous crierais de tout mon cœur que votre exemple et votre souvenir nous ont donné le triomphe et qu’ils vous ont valu l’admiration et l’immortalité !
 
Et si vos yeux pouvaient s’ouvrir ! Vous reverriez aux coins des chemins que les grands châtaigniers ombragent, tout près de la lande bretonne, la croix de pierre au pied de laquelle, au déclin du jour, viennent s’agenouiller, en priant pour vous, votre mère et vos jeunes frères.
 
Vous apercevriez chaque soir votre vieux grand-père, que le chagrin a bien courbé, regarder tendrement le tournant de la route où, pour la dernière fois, il vous a béni quand vous êtes partis !
 
Vous verriez, autour de vos tombes, tous ces braves Belges qui, trop faibles pour bouter seuls l’ennemi, mais trop valeureux pour ne pas lutter quand même jusqu’à la mort, ont voulu que vous restiez auprès d’eux après votre trépas, comme ils étaient demeurés auprès de vous pendant les combats.
 
C’est pourquoi, en votre nom, au nom du 47ème Régiment d’Infanterie et au nom de vos familles, je prie nos bons et chers amis de Belgique, et particulièrement M. Pêtre, qui s’est dévoué entièrement et inlassablement à votre cause sacrée avec le plus noble désintéressement, d’accepter l’expression la plus émue de notre sincère reconnaissance.
 
Et vous, héros de Charleroi, reposez en paix dans votre gloire, assurés que notre touchante affection ne vous quittera jamais.

Date de création : 10/12/2010 @ 12:12
Dernière modification : 27/01/2011 @ 16:00
Catégorie : Hommages 1921

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^